Aménagement

La Fédération des Chasseurs de l’Isère réalise diverses actions d’aménagement du territoire visant à conserver les habitats de la faune sauvage. A titre d’exemple, la plantation de haies et le don de semences aux agriculteurs.

Chiffres clefs
67 km

de haies plantées par les chasseurs sur le département

519 ha

de cultures intermédiaires semées

Les Cultures Intermédiaires Pièges à Nitrate (CIPAN)
cipan

Les Cultures Intermédiaires Pièges à Nitrate (CIPAN) sont implantées durant une période nommée l’interculture (phase entre deux cultures). Les CIPAN, généralement semées à la fin de l’été, restent en champs jusqu’à leur destruction par le gel. Pendant cette période, elles jouent de nombreux rôles agronomiques et écologiques en plaine en période automnale, en luttant contre l’érosion des sols et en contribuant à la préservation de la qualité des eaux.

Depuis quelques années, la FDCI fait dons de semences aux agriculteurs afin de remplacer les habituelles cultures intermédiaires constituées exclusivement de moutarde jaune, peu intéressantes d’un point de vue agronomique, par un mélange diversifié (à base de Vesce, de Phacélie et d’Avoine …), plus attractif pour la petite faune de plaine (Lièvre, Faisan, Perdrix). Ainsi chasseurs et agriculteurs s’engagent à offrir un couvert favorable à la biodiversité.

En 2012, 260 ha ont été introduits notamment en Bièvre et dans la vallée du Rhône.
En 2015, la surface totale a augmenté et est passée à 519 ha ; ce qui représente un budget de 30 000 €, alloué par la FDCI. Malheureusement, la FDCI n’a pas pu répondre à toutes les sollicitations du monde agricole, qui s’élevaient à 900 ha.

Les haies
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les haies sont des éléments bénéfiques pour la biodiversité puisqu’elles procurent à la faune sauvage et plus particulièrement à l’avifaune, une nourriture riche et variée ainsi qu’un couvert essentiel à la reproduction et à l’élevage des jeunes. La présence conséquente d’insectes, permet aussi de limiter l’utilisation de pesticides. Les haies ont par ailleurs d’autres vertus comme la réduction des volumes d’eau ruisselées, le maintien des berges mais aussi la protection des cultures du vent.

Les chasseurs de l’Isère, en collaboration avec les agriculteurs, les communes et les centres équestres plantent des haies sur le département depuis 1995. De 2009 à 2012, ils ont bénéficié du cofinancement de la région Rhône-Alpes et de l’Union européenne. Désormais, c’est la Fédération Départementale des Chasseurs de l’Isère (FDCI) qui finance l’intégralité du paillage et des plants sur ses propres fonds. Au total, avec ses 67 km de haies plantés, les chasseurs sont les premiers planteurs du département.